vendredi 13 juillet 2012

The Stanley Parable

« Stanley was happy.
And then, one day, something very peculiar happened. »

Reprenons.

Bienvenue dans The Stanley Parable, un fantastique petit jeu. Enfin, "jeu"... Pour être plus exact, il s'agit en réalité d'un mod de Half-Life 2. Et pour cette raison, autant vous prévenir tout de suite : ce jeu ne brille pas par ses graphismes. Mais on s'en moque. The Stanley Parable est avant tout une expérience, un test très réussi de meta-storytelling. Je vais essayer de le décrire au mieux sans tout vous spoiler, mais ce ne sera pas une tâche facile.


Stanley est l'employé 427 d'une grande entreprise. Dans son petit bureau, toute la journée, chaque jour de chaque mois de chaque année, il reçoit des ordres sur son écran, et appuie sur des boutons sur son clavier. En dépit de la vacuité de sa répétitive tâche, Stanley est heureux. Jusqu'au jour où plus aucun ordre n'arrive sur son écran... Inquiet, Stanley part en quête de ses collègues. Mais ceux-ci ont également disparu... Stanley part alors en direction du bureau de son chef, espérant obtenir une réponse, guidé par l'omniprésent narrateur.

Toute la quête de Stanley vous est en effet détaillée par ce narrateur invisible mais omniscient. C'est lui qui vous décrit l'histoire, vous livre les pensées de Stanley, et vous oriente dans les labyrinthiques bureaux de cette anonyme entreprise. Heureusement qu'il est là : sans lui, vous risqueriez de prendre la mauvaise porte, et qui sait ce qu'il adviendrait du pauvre Stanley.

« Stanley prit la porte sur sa gauche. »

Et puis l'histoire prend fin. Un choix s'est offert à vous, vous avez pris une décision, probablement la bonne, l'histoire est finie. Le générique se déroule. L'écran titre revient. Et, avec, un léger goût d'inachevé. Que se serait-il passé si vous aviez fait l'autre choix ? La fin aurait-elle été différente ? Que serait devenu le sympathique Stanley ? Tant de questions restent encore sans réponse...

Alors vous relancez le jeu. Vous suivez à nouveau l'histoire de Stanley. Et là, vous commettez l'irréparable : dans un moment d'égarement, vous vous perdez. Vous prenez le mauvais chemin. Vous sortez des rails. Vous désobéissez au narrateur.

Et c'est à ce moment là que la magie commence.

« Et Stanley était heureux. »

Sans trop rentrer dans les détails, sachez qu'il y a un certain nombre de fins différentes, strictement supérieur à 0. Qu'une proportion d'entre elles comprise entre 0% et 100% impliquent un cassage du quatrième mur. Que certaines réponses risquent de rester sans questions. Le tout, doublé par l'excellent et imperturbable Kevan Brighting.

The Stanley Parable est gratuit, disponible entre autres sur Desura. Le processus d'installation n'est pas exactement trivial, mais le jeu en vaut la chandelle.

Pour finir de vous convaincre, je vous propose de regarder le trailer du jeu.



Et malgré la vacuité de sa répétitive tâche, le joueur est heureux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

(Les messages sont modérés a priori.)