lundi 21 juillet 2014

Antichamber

Il y a de ces jeux que j'adore, mais dont je ne sais comment parler (sur un air connu). Et s'il y a un jeu dont je repousse depuis longtemps l'article, incapable de trouver un angle d'attaque, c'est bien Antichamber (alors qu'à mes yeux c'est probablement un des meilleurs jeux de 2013). En même temps, rien de moins étonnant : ce jeu est conçu pour ça ; pour semer le doute, pour détruire nos repères...


Avez-vous joué à The Stanley Parable ? Si oui, vous avez une idée de ce que peut donner un jeu qui s'amuse à chambouler vos repères en manière de narration. Imaginez maintenant la même chose en ce qui concerne les lois de la physique... Un jeu à la logique aussi implacable que non intuitive, aux règles toujours déstabilisantes, un puzzle non-euclidien, le jardin zen d'un moine fou. Sous des apparences très épurées se cache une leçon d'humilité déguisée en labyrinthe pastel.

D'emblée, le jeu est inhabituel : point de menu, pas de prétention d'histoire, pas de vidéo d'introduction : le jeu se lance et vous êtes dans une salle assez générique aux murs noirs. Sur un mur, un court rappel des commandes, et un décompte : plus qu'une demi-heure... avant quoi ? Vous ne le savez pas. Dans un autre mur, une porte. Vous la franchissez, et là... je vous propose de regarder le trailer, inclus ci-dessous, pour vous faire une idée.




Ça a l'air abstrait, n'est-ce pas ?

Ça l'est.

Il faut s'armer de patience pour débuter : comprendre la logique tordue, commencer à trouver des repères, comprendre comment marche la carte, se sentir idiot face aux leçons du jeu. Mais c'est une expérience dont on sort, au final, satisfait, reposé, serein.

Difficile d'en dire plus : le jeu fonctionne beaucoup au coup de cœur. Vous avez eu un déclic immédiat en voyant la vidéo ? Foncez ! Je ne sais pas quoi vous en dire de plus pour vous convaincre, à part encore une fois que c'est peut-être mon jeu préféré de toute l'année 2013. Disponible pour une vingtaine d'euros sur Steam, compatible Windows, Mac et Linux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

(Les messages sont modérés a priori.)