lundi 28 juillet 2014

[En bref] Monument Valley

Tous les jeux n'ont pas besoin d'être difficiles ou compétitifs. Tous n'ont pas besoin de raconter une histoire émouvante, de faire réfléchir au sens de la vie, de faire fondre des neurones. Je parle parfois de certains jeux comme d'une balade : une promenade dans un univers agréable, sans forcément d'objectif. Un court moment reposant, relaxant ; et dans le cas de Monument Valley, singulièrement beau.


Dans ce petit jeu sorti sous iOS et Android, pas d'autre objectif que de se rendre d'un point A à un point B. Tout l'intérêt du jeu repose sur le fait que tous les décors sont dans un style qui est un direct hommage à Escher : en jouant sur des illusions d'optiques et des géométries impossibles, vous pouvez modifier le décor de manière à vous créer un chemin.

En gros, c'est un peu la rencontre entre Naya's Quest et Fez, en mode zen. Rien de difficile, rien d'impossible. Juste une chouette balade dans des décors splendides. Indiqué contre toute forme de stress ou d'énervement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

(Les messages sont modérés a priori.)